Tribune : «Monsieur le président, votre opinion sur l'IVG est hautement culpabilisante»

·1 min de lecture

Dans son interview pour ELLE, Emmanuel Macron a affirmé son opposition à l'allongement du délai de l'avortement de 12 à 14 semaines. Le gynécologue obstétricien Philippe Faucher et l'avocate Sandra Vizzavona dénoncent des propos qui « ne correspondent pas à la réalité de ce que vivent les femmes, ni de ce que perçoivent les professionnels qui les accompagnent ». 

Cette lettre au président est écrite par le docteur Philippe Faucher, gynécologue obstétricien et auteur d’« Une sur trois », paru aux éditions Robert Laffont, et Sandra Vizzavona, avocate et autrice d’« Interruption, l’avortement par celles qui l’ont vécu », paru aux éditions stock.

« Monsieur le Président,

Dans un entretien donné au magazine ELLE, vous vous êtes prononcé sur l’interruption volontaire de grossesse et sur l’allongement du délai de l’avortement de 12 à 14 semaines de grossesse prévu dans une proposition de loi aujourd’hui en suspens devant l’Assemblée Nationale. Vous avez alors déclaré que vous mesuriez « le traumatisme que c’est pour une femme d’avorter », avant d’affirmer : « tous les gynécologues le disent, c’est plus traumatisant d’avorter » dans ces délais allongés.

Lire aussi >> L'interview de Macron à ELLE

En deux phrases, vous avez donc jugé bon de parler au nom de toutes les femmes et de tous les gynécologues que vous avez réunis dans une grande cérémonie de souffrance. En tant que gynécologue, auteur d’un livre retraçant le parcours d’un interne devenu avorteur presque malgré lui avant de se passionner pour cet acte médical depuis plus de trente ans, et en tant que femme avortée, autrice d’un recueil de témoignages sur des expérience d’IVG, permettez-nous de sortir de votre cercle du drame et de vous répondre que vos propos sont inexacts puisqu’ils ne correspondent pas...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles