Trichothérapy : j’ai testé un soin énergétique du cheveu

On le sait toutes intimement : nos cheveux sont bien plus que ce qu’ils ne laissent paraître. Disciplinés ou rebelles, ternes ou brillants, secs ou gras… Ils n’en font qu’à leur tête, et disent beaucoup de notre état intérieur ! Aujourd’hui, des coiffeurs énergéticiens portent un nouveau regard sur nos cheveux, et les traitent avec tout le respect qu’ils méritent. Pour en avoir le cœur net (et c’est vraiment le cas de le dire), j’ai testé un soin en trichothérapy avec Arno Wartelle. Récit d’une aventure.

"Lavez vos cheveux le matin et laissez-les sécher le plus naturellement possible." Les consignes sont simples. J’ai rendez-vous avec Arno Wartelle, qui reçoit à Paris (à Bruxelles et au pays Basque) dans son cabinet privé. Ici, pas de bavardages ni de magazines people, on a rendez-vous avec soi. Equilibre des polarités Féminin Yin / Masculin Yang, influence du transgénérationnel… A peine a-t-il passé ses mains dans mes cheveux qu’on rentre dans le vif du sujet. Le cheveux lui parle, Arno décode les messages de mes antennes. Vous l’aurez deviné, la disposition, la quantité et la qualité du cheveu donnent des indications sur le parcours de vie. "Le cuir chevelu est composé d’entre 150 et 200 000 bulbes, qui sont autant de matrices, de mères porteuses du cheveu. La trichothérapy (du Grec trikhos, cheveux) c’est un protocole mécanique. On crée un son qui se véhicule dans la fibre capillaire, et qui vient résonner dans la boîte crânienne," m’explique -t-il. Puis, sur le principe des méridiens, vulgarisés en Médecine Traditionnelle Chinoise par l’acupuncture, la vibration se répercute dans tous le corps. Pour obtenir ce son, cette vibration, le spécialiste utile le tanto, un mini sabre japonais qui est plus un outil de soin qu'une lame classique.

Le soin se déroule en 3 temps. Tout d’abord un massage crânien. En stimulant certains points d’acupuncture bien spécifiques le long des méridiens, le spécialiste relance la circulation de l’énergie avec la pulpe de ses doigts. Un moment

(...) Cliquez ici pour voir la suite