Le triomphe de la non-fiction, l’édito de Nelly Kaprièlian

Nelly Kaprièlian
·1 min de lecture
© Jocelyn Collages pour Les Inrockuptibles
© Jocelyn Collages pour Les Inrockuptibles

Dix ans après Le Quai de Ouistreham, sa plongée undercover dans la vie des travailleur·euses précaires dans le nord de la France, devenu un best-seller, la grande reporter Florence Aubenas fait paraître une nouvelle enquête, L’Inconnu de la poste. Un livre attendu depuis longtemps : désormais, quand Aubenas publie, c’est un événement. Quand Emmanuel Carrère publie un nouveau livre, c’est un événement aussi – depuis le succès de L’Adversaire en 2000. Pas seulement parce que ce sont de bon·nes écrivain·es. Leurs livres sont toujours très attendus depuis que chacun·e s’est approprié un genre littéraire rare en France, ce que les Anglo-Saxons nomment la narrative nonfiction.

Définie en 1973 dans un texte manifeste par Tom Wolfe – connu d’abord chez nous pour le succès de ses romans dont Le Bûcher des vanités (1987) –, la narrative nonfiction applique les façons de la littérature, du roman (dialogues, descriptions, subjectivité, et parfois mise en scène de soi) au reportage, à la rigueur de l’enquête journalistique, souvent undercover ou en immersion, mais pas uniquement. Quand Rouletabille devient écrivain.

En France, il faudra d

Lire la suite sur lesinrocks.com