Triple pontage coronarien : définition, déroulement, convalescence post-opératoire

Le cœur est l’organe qui permet, grâce à sa fonction pompe, de distribuer le sang à tout l’organisme. Une pompe qui s’autoalimente en oxygène grâce aux artères coronaires. Ces dernières peuvent être touchées par une pathologie qu’on appelle l’athérosclérose qui provoque des rétrécissements via des dépôts d’athérome. L’hypertension artérielle, le diabète, le tabagisme, l’hypercholéstérolémie, le sexe masculin, des facteurs génétiques, l’obésité sont les ifférents facteurs de risques qui concourent au développement de cette maladie.

Ces rétrécissements vont gêner la perfusion du muscle cardiaque, d’abord à l’effort puis, dans les cas les plus évolués, au repos. “Le rétrécissement va s’accentuer pour arriver au stade ultime, une occlusion aigüe : l’infarctus du myocarde”, détaille le cardiologue. “Avant ce stade s’il y a insuffisance coronarienne on met en place des traitements médicamenteux afin de protéger le muscle cardiaque, et on tente de corriger les facteur de risques cardiovasculaire (arrêt de la cigarette, activité physique, contrôle du diabète, traitement de l’hypertension)”, explique le Dr Mottin. Le traitement est complété par des médicaments cardioprotecteurs comme les bétabloquants mais aussi des antiagrégants plaquettaires destinés à prévenir la thrombose des vaisseaux.

La coronarographie permet de visualiser les artères coronaires et de faire un état des lieux afin de voir s’il y a ou non des rétrécissements et les quantifier. Le médecin ponctionne l’artère radiale (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles