Ces trois femmes militent pour une floriculture raisonnée

Elsa Pereira
·1 min de lecture
Masami Lavault, Audrey Venant et Mathilde Bignon (© Virginie Garnier)
Masami Lavault, Audrey Venant et Mathilde Bignon (© Virginie Garnier)

“Faire des gâteaux. Fleurir un jardin, une maison. Pratiquer des arts ménagers, somme toute. Pouvons-nous, trois femmes de trente ans, écrire aujourd'hui, en pleine conscience, un livre sur des sujets aussi domestiques ?”, s'interrogent Audrey Venant, Mathilde Bignon et Masami Lavault dans l'introduction de leur ouvrage Désirée. Pâtisser, cultiver, fleurir (éd. Tana). Un livre multifacettes qui s'envisage tantôt comme un guide pour mieux connaître les fleurs et leur saison, tantôt comme un livre de cuisine gourmand. Assurément écofémimistes, ces trois passionnées du monde végétal ont décidé de faire de ces “travaux ménagers” une profession rémunérée, s'extrayant ainsi d'une approche essentialiste. Leur ouvrage témoigne de leur vision du monde horticole et des enjeux de leur métier à l'heure du réchauffement climatique. Rencontre avec Mathilde Bignon, fleuriste militante.

Comment a germé l'idée de Désirée ?

Mathilde Bignon - Avec Audrey, on s'est rencontrées alors que l'on était acheteuses de fromage. Ça n'a pas grand-chose à voir avec les fleurs, mais on travaillait à l'époque dans une dynamique de filière, on s'occupait de fromages AOC, donc on se déplaçait pas mal pour aller voir les producteurs. C'est comme ça que l'on s'est familiarisé aux filières agricoles. J'ai toujours aimé les fleurs, mais je trouvais que l'expérience n'était pas toujours sympa : soit c'est du low cost, soit on va chez u

Lire la suite sur lesinrocks.com