Ces trois femmes musulmanes ont quitté la France : elles expliquent leur choix

"Je n'en dormais plus, mon mari me voyait partir à petit feu, j'avais même peur de me faire agresser physiquement devant les enfants", se remémore Mélina. Comme d'autres Français musulmans, elle a fait le choix de s'installer à l'étranger avec sa famille.

Alors que Marine Le Pen a recueilli pas moins de 42 % des voix lors du second tour de l'élection présidentielle face à Emmanuel Macron ce 24 avril, elle ne le regrette pas. Lors du débat qui a opposé les deux candidats, la question du voile a été une nouvelle fois abordée, la candidate RN souhaitant "l'interdire dans l'espace public".

Dans ce contexte, Le HuffPost a récolté les témoignages de trois femmes, françaises et musulmanes, qui ont accepté de raconter les raisons qui les ont poussées à quitter leur pays, la France, pour s'installer ailleurs, avant même la campagne présidentielle. Parmi les raisons invoquées, on trouve le sentiment d'être différent, de devoir se justifier de tout, de ne pas être à sa place... De ne "pas être accepté dans son propre pays."

Impossible de trouver un stage


Anna*, 32 ans, est née et a grandi en France. Elle est diplômée d'un master de droit international et d'un master de langues. Pendant ses études, elle décide de porter le voile, à 24 ans. "Je précise que personne ne m'a forcée, puisqu'en France, on est obligées de se justifier !", sourit-elle.

Lors de son cursus universitaire, elle cherche un stage. Elle envoie des CV et décroche...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi les femmes suisses ont crié leur colère à 15h24
"Je fais partie des millions de femmes opprimées" : la championne Kimia Alizadeh quitte l'Iran
10 femmes badass qui ont marqué 2018

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles