Trois Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie

© REUTERS/Mohamad Torokman

Deux jeunes de 21 et 22 ans, deux frères, à Kufr Ein, près de Ramallah et un troisième, 44 ans, à Beit Ummar, près de la ville d’Hébron, au sud de la Cisjordanie sont morts dans la nuit du lundi au mardi 29 novembre. Avec ces trois dernières victimes, le nombre de Palestiniens tués par l’armée israélienne depuis le début de l’année atteint des records : 205 d’après le ministère palestinien de la Santé palestinien, 153 en Cisjordanie, 52 à Gaza.

De notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard

À Beit Ummar, à proximité d’Hébron, Mufeed Ikhlil, 44 ans a succombé à ses blessures, touché à la tête d’une balle réelle lors d’un raid de l’armée israélienne, 21 autres Palestiniens ont été blessés. À Kufr Ein, près de Ramallah, Jawad et Thafer al Rimawi, 21 et 22 ans, ont été tués par des tirs à balles réelles de l’armée israélienne : l’un étudiant, voulait devenir ingénieur, l’autre était récemment diplômé en économie et commerce.

« Violentes émeutes » disent les Israéliens

Sur les réseaux sociaux ce 29 novembre au matin, des vidéos tournent, notamment celles de leurs parents, à l’hôpital, pleurant, et leur rendant un dernier hommage.

Dans un des incidents, à Beit Omar, l’armée israélienne parle de jets de pierres et d’engins explosifs jetés sur leur véhicule à l’arrêt à cause d’un problème technique, auquel ils ont répondu en ouvrant le feu. À Kufr Ein, l’armée parle de « violentes émeutes », de jets de pierre et de cocktail Molotov lors d’ « activités de routine ».

« Crimes » horribles pour l'Autorité palestinienne


Lire la suite sur RFI