Trois raisons d'aller voir la pièce « Music-Hall » à la Comédie-Française

·1 min de lecture

Trois raisons de voir « Music hall », la pièce de Jean-Luc Lagarce qui marque la réouverture de la comédie française. 

Un bon genre                                                         

Depuis une dizaine d'années, le Studio de la Comédie-Française a accueilli nombre de cabarets, de L'Interlope aux Cabarets Vian, Brassens ou Barbara. Juste avant « Mais quelle Comédie ! », création de Marina Hands et Serge Bagdassarian, « Music-Hall » nous embarque dans le show de Jean-Luc Lagarce, en compagnie de trois saltimbanques claudicants : Françoise Gillard, Yoann Gasiorowski et Gaël Kamilindi.

Un mélo mélancolique

Au centre de la scène, il y a « La Fille », chanteuse de music-hall sur le retour. Flanquée de ses deux boys, elle se retourne sur sa vie, son œuvre, ses hauts et surtout ses bas. Tragique et comique tour à tour, mélodique et mélancolique, ce « Music-Hall » porte en lui les misères plus que les splendeurs de la vie d'artiste. Et ses espoirs déçus.

Une chorégraphie aux manettes

Glysleïn Lefever a fait ses classes à l'école de danse de Cannes Rosella Hightower avant de devenir la complice de la volcanique Blanca Li. À la Comédie-Française, elle a dernièrement créé la matière chorégraphique de « La Vie de Galilée », « La Double Inconstance » ou « Quelle comédie ! ». Ici, elle signe la mise en scène du spectacle. Musique, danse ou répertoire : pourquoi choisir ?                

« Music-Hall », jusqu'au 11 juillet, Studio-Théâtre de la Comédie-Française, Paris-1er.

...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles