Vous avez des troubles menstruels depuis votre vaccination contre le Covid ? Déclarez-le

Abaca

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses internautes ont fait état de changements dans leur cycle menstruel depuis leur vaccination contre le Covid-19. Si aucun lien de cause à effet n'a encore été établi, le ministère de la Santé invite à déclarer précisément les symptômes.

Le phénomène est évoqué depuis plusieurs mois maintenant par les concernées. Suite à la vaccination contre le Covid-19, de nombreuses femmes ont rapporté avoir remarqué des troubles menstruels. Pourtant, jusque-là, aucun lien de cause à effet n'avait été établi par les autorités sanitaires françaises.

Le 19 juillet dernier, l'ANSM (l'Agence nationale de sûreté du médicament) a invité celles qui ont observé des changements dans leur propre cycle à déclarer "les renseignements les plus détaillés possibles dans le formulaire" disponible sur le site du ministère de la Santé. Formulaire qui s'accompagne d'un guide d'aide ainsi que de tutoriels destinés aux patientes et aux soignant·es.

Le but ? Permettre "aux centres régionaux de pharmacovigilance de mener de la façon la plus efficace possible leur évaluation des cas déclarés".

Des événements jusque-là qualifiés de "non graves"

Comme le rapporte l'AFP, 9 381 déclarations de troubles du cycle rapportées avec le vaccin Pfizer, et 1 557 avec le vaccin Moderna avaient été analysées par les centres régionaux de pharmacovigilance fin avril. A noter qu'au même moment, 58 millions d'injections avaient été réalisées chez les femmes avec Pfizer et 12 millions avec Moderna (deux vaccins à ARN messager).

Par ailleurs, les symptômes évoqués restent dans la grande majorité des cas "non graves", insiste l'ANSM qui énumère : des saignements anormaux ou des retards de règles. Quant à ce qui pourrait les...

Lire la suite

À lire aussi

Le vaccin contre le Covid a-t-il des effets sur les règles ?
Les troubles menstruels et le vaccin contre le Covid n'auraient "pas de lien direct"
Ce collectif appelle à "saigner contre la précarité menstruelle"

VIDÉO - Inès, 26 ans : "J’ai arrêté d'avoir mes règles. J’ai perdu mes cheveux. J’ai un début d’alopécie. Je me suis dit qu’il fallait que j’accepte"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles