Troubles psychiatriques : les effets délétères du cancer sur la santé mentale des conjoints

Nik Shuliahin

Le sort s’acharne. En plus de voir leurs proches souffrir, les accompagnant·es de personnes malades d’un cancer seraient plus susceptibles de développer des troubles psychologiques. C’est ce qu’avance une étude danoise et suédoise publiée le 5 janvier dans la revue Journal of the American Medical Association. Les chercheur·euses y révèlent que le risque de développer des troubles psychiatriques augmente de 30 % à la suite du diagnostic. Et ce sont souvent les conjoint·es de personnes cancéreuses qui sont concerné·es par ces troubles.

Pour le mesurer, les scientifiques ont analysé les données de plus de 3 millions de personnes. Deux millions sept cent mille étaient en couple avec des personnes en bonne santé quand près de 550 000 s’occupaient de leur conjoint·e malade d’un cancer. Les résultats sont clairs : les accompagnant·es souffrent davantage de toxicomanie, de dépression, d’anxiété et de troubles liés au stress.

Comme le note Marie Claire, hommes et femmes ne sont pas égaux face à cette prévalence des troubles psychiatriques. Si les femmes sont surreprésentées parmi les conjoint·es aidant·es (54 % contre 46 % d’hommes), elles ne sont pas les premières victimes des effets psychologiques de l’accompagnement. En effet, les hommes développent majoritairement des troubles en aidant leur conjoint·e.

L’âge du malade et celui de son aidant·e présagent également des risques. Celles et ceux qui sont âgé·es de 40 à 79 ans sont plus susceptibles de présenter un affect psychologique que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Qu'est-ce que le "kinkeeping", cette charge familiale qui pèse sur la santé mentale des femmes ?
Troubles de la santé mentale, douleurs, solitude : une étude dévoile les effets inquiétants de la procrastination
Psycho : qu’est-ce que la méthode ONA, cette technique facile en 3 étapes pour réduire son stress ?
Santé mentale : qu’est-ce que le "gaslighting intérieur" et pourquoi faut-il (vraiment) y remédier ?
"Manger m'apaisait pendant quelques minutes" : la tenniswoman Caroline Garcia évoque sa boulimie