"Je trouve ça infiniment triste pour elle" : Roselyne Bachelot réagit sans détour à la "dérive" de Ségolène Royal

Capture France 5

Jeudi 1er septembre 2022, Ségolène Royal, invitée sur le plateau de BFMTV, a remis en cause certains crimes de guerre dénoncés ouvertement par le président Volodymyr Zelensky. "Il y a une propagande de guerre par la peur", a affirmé l'ancienne ministre de l'Ecologie. Elle a par exemple évoqué le bombardement de la maternité rapporté par le président ukrainien : "Quand Monsieur Zelensly a fait le tour des parlements européens - et c'est là que le processus de paix s'est interrompu, [...] il a dit 'J'ai rencontré une femme enceinte qui m'a dit de la venger' mais il a été incapable de me donner son nom." Dans l'émission C à vous, diffusée vendredi 2 septembre 2002, Roselyne Bachelot a réagi aux propos tenus par Ségolène Royal, et n'a pas caché son désarroi.

"Je trouve ça extrêmement triste, parce que j’ai une considération et un respect pour cette femme, qui a fait beaucoup de choses dans sa vie politique" a-t-elle déclaré, en regrettant de voir Ségolène Royal "dériver de cette façon". "Je trouve ça infiniment triste pour elle", a-t-elle enchaîné, en assurant que ce genre de discours "amènent à beaucoup de vigilance". "On l’a vu sur un certain nombre de faits. On l’a vu dans la perturbation de la campagne électorale d’Hillary Clinton, puis ensuite, dans la première campagne électorale d’Emmanuel Macron, et sans doute aussi dans la seconde. Et cette façon de renvoyer le bourreau et la victime dos à dos on l’a vu dans le rapport d’Amnesty International. Donc il faut être extrêmement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite