Un tsunami en Méditerranée ? Le risque est probable d’ici 2050, selon l’Unesco

© Patrick Siccoli / Sipa

L’Unesco étend son programme de protection contre les tsunamis à des villes de Méditerranée, comme Cannes. Cette feuille de route, qui établit douze indicateurs à respecter par les communautés concernées, va être suivie par des dizaines de milliers de nouvelles villes d’ici 2030.

L'Unesco a décidé d'étendre son programme de protection contre les tsunamis à toutes les zones à risque dans le monde d'ici à 2030, y compris à la Méditerranée, où un tsunami est probable d'ici à 30 ans.

Le programme « Tsunami Ready », piloté dans des dizaines de communautés des régions des Caraïbes, du Pacifique et de l'océan Indien, va être étendu à des milliers d'autres, a annoncé mardi l'Organisation de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), dans une conférence de presse.

À lire aussi >> Climat : pour l'ONU, l'humanité est face à une "spirale d'autodestruction"

Le programme établit douze indicateurs à respecter par les communautés concernées, avec l'aide des experts de l'Unesco. Il s'agit notamment de dresser un plan d'identification de la menace et de sensibilisation et de préparation des populations pour y faire face.

La majorité des tsunamis répertoriés à ce jour touchent les populations côtières des océans Pacifique et Indien. Mais l'Unesco rappelle que toutes les régions maritimes sont à risque, y compris celle de la Méditerranée.

« La probabilité d'une vague d'un mètre, donc catastrophique, dans les trente prochaines années y est très élevée », a dit Vladimir Ryabinine, secrétaire exécutif de la Commission océanographique intergouvernementale de l'Unesco.

Populations côtières prêtes à réagir

Environ 70% des tsunamis sont provoqués par un séisme, selon M. Ryabinine, comme...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles