Tuerie de Chevaline : rebondissements dix ans après les faits

·2 min de lecture

Un homme a été placé en garde à vue, mercredi, dans le cadre de l’enquête sur ce quadruple meurtre datant de 2012, qui reste un mystère dix ans après. 

C’est l’une des plus grandes énigmes judiciaires françaises de ces cinquante dernières années. Un rebondissement vient de relancer l’affaire de la tuerie de Chevaline : un homme a été placé en garde à vue hier, mercredi, dans le cadre de l'enquête sur ce quadruple meurtre survenu en 2012, à Chevaline, en Haute-Savoie. Sa garde à vue a été prolongée dans la nuit de mercredi à jeudi, a annoncé la procureur d’Annecy via Twitter. L'avocat de cet homme, Me Jean-Christophe Basson-Larbi, a indiqué dans la soirée que son client avait déjà été entendu comme « simple témoin » dans ce dossier avant d'être « mis hors de cause en 2015 ». En fin de journée jeudi, le témoin a été libéré et « aucune charge n'a été retenue contre lui », a annoncé son avocat, une information confirmée par le parquet d'Annecy tout de suite après. Retour sur cette affaire qui a donné lieu à des milliers d’heures d’enquête, d’enregistrements, des tonnes de documents épluchés et n’a, jusqu’ici, pas été élucidée. 

Lire aussi >> Faut-il parler des faits divers à nos enfants ?

Quatre morts et deux témoins clefs

L'affaire débute dans l'après-midi du 5 septembre 2012, au bord du lac d'Annecy en Haute-Savoie. Un cycliste britannique, aperçoit, au bout d’une petite route forestière, un vélo couché à terre, une BMW, moteur en marche, et une petite fille en sang, qui titube puis s'effondre.

Pensant d'abord à un accident de la route, il réalise...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles