Viol, meurtre… Qui est Jacques Rançon, le “Jacques l’éventreur” français ?

·1 min de lecture

Déjà condamné à perpétuité pour deux meurtres à Perpignan dans les années 1990, celui qui avait alors été surnommé "le tueur de la gare de Perpignan" revient devant la justice, pour une affaire vieille de 35 ans. Est-il l'assassin d'Isabelle Mesnage, informaticienne, disparue durant l'été 1986? Cette journée du 28 juin, la jeune femme brune de 20 ans rentre chez elle, à pied, après une partie de tennis. Elle prend la direction de Villers-Bretonneux, petite commune picarde. A 15 heures, elle est aperçue par un témoin qui décrira aux enquêteurs sa tenue: short, tee-shirt, chapeau "genre cow-boy" et sac à dos. Deux jours plus tard, son employeur donne l'alerte, surpris de ne pas la voir au travail. Le 2 juillet, les gendarmes retrouvent le sac ensanglanté, contenant les papiers d'identité de la jeune femme.

Le lendemain, non loin de la commune, en lisière d'un bois, les enquêteurs découvrent le corps sans vie, à moitié nu, d'Isabelle Mesnage. Les analyses médico-légales sont complexes, en raison de la décomposition avancée du cadavre. "Le vagin, la vulve et l’anus ont complètement disparu, détruits par la prolifération vermineuse", expliquera alors un des experts. Surtout, l'enquête n'avance pas. Les indices sont minces, les auditions de témoins sans résultats. En 1992, la justice rend un non-lieu, faute d'éléments probants pour poursuivre l'enquête. Pourtant, Jacques Rançon, condamné en 2018 à la perpétuité pour le viol et le meurtre de deux jeunes femmes en 1997 et 1998, comparaît (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite