Ukraine: la culture du bortsch fait son entrée au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco

© Photo prise par Alexey Ivanov, Wikimedia commons

C'est une soupe à base de betterave et de chou, dont il existe de nombreuses recettes dans l'est de l'Europe: le bortsch. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, ce plat devient un enjeu diplomatico-culturel puisqu’en effet, à la demande de l'Ukraine « la culture du bortsch » vient de faire son entrée sur la liste du patrimoine culturel immatériel en péril de l'Unesco, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.

Dès le mois d'avril dernier, l'Ukraine a saisi l'Unesco, estimant que la tradition du bortsch était menacée par l'invasion russe. Le dossier soumis par Kiev a été étudié à Paris, siège de l'Organisation de l'ONU pour l'éducation, les sciences et la culture et ce vendredi « la culture du bortsch ukrainien » a été officiellement inscrite sur la liste du Patrimoine culturel immatériel en péril.

« À nous la victoire dans la guerre du bortsch » a immédiatement réagit le ministre ukrainien de la Culture. À l'Unesco, on précise toutefois qu'il ne s'agissait pas de faire de cette soupe traditionnelle l'un des enjeux du conflit: « Cette convention ne cherche pas à établir la propriété ou l’exclusivité sur un élément, explique Tim Curtis, le secrétaire général de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Un élément de patrimoine immatériel peut être exprimé dans plusieurs pays avec des significations et des importances différentes. Bien sûr, le bortsch est aussi pratiqué dans d’autres pays, y compris la Russie et la convention ne dit pas qu’elle est exclusivement ukrainienne. »

Difficile à digérer tout de même en Russie où le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a réagi en fustigeant le « nationalisme » de l'Ukraine.

Une dimension sociale et culturelle autour du bortsch

Cette entrée sur la liste du patrimoine culturel immatériel en péril de l'Unesco est en réalité la reconnaissance d'un mode de vie: « À travers cette soupe, c’est sa signification culturelle et sociale qui est reconnue, rappelle Tim Curtis. C’est dans un dossier de candidature soumis par l’Ukraine qu’elle explique que le bortsch, qui a beaucoup de variations à travers le pays et dans toutes les régions, est un symbole d’identité et de lien entre toutes les communautés en Ukraine. »

Des pratiques culturelles dont les gens ont besoin pour se sentir bien, et qui nourrissent leur bien-être, estime le secrétaire général de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco. Il rappelle que c’est aussi cela qu’on appelle le patrimoine vivant, le patrimoine culturel immatériel: « Et tout cela est menacé par la guerre et par la dispersion des gens qui doivent aller dans d’autres pays. »

À lire: Le bombardement du théâtre de Marioupol en Ukraine, «un crime de guerre» pour Amnesty International

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles