Ukraine : l'UE va discuter fin août d'une interdiction de visas pour les Russes

© WINFRIED ROTHERMEL / picture alliance / dpa Picture-Alliance via AFP

Le chef de la diplomatie tchèque Jan Lipavsky, dont le pays préside le Conseil de l'UE, a affirmé qu'une interdiction de visas pour tous les Russes afin de sanctionner Moscou pour la guerre en Ukraine va être discutée fin août par l'Union européenne. Une mesure, réclamée par les autorités ukrainiennes, qui divise l'UE.

Une interdiction de visa pour tous les Russes afin de sanctionner Moscou pour la guerre en Ukraine va être discutée fin août par l'Union européenne, a affirmé vendredi le chef de la diplomatie tchèque Jan Lipavsky, dont le pays préside le Conseil de l'UE. La mesure, réclamée par les autorités ukrainiennes, divise l'UE. Les sanctions européennes doivent être adoptées à l'unanimité des Vingt-Sept.

"Il ne peut être question de tourisme comme à l'ordinaire"

"L'interdiction totale des visas russes par tous les Etats membres de l'UE pourrait être une autre sanction très efficace contre la Russie", a plaidé Jan Lipavsky. Le ministre va sonder ses homologues lors d'une réunion informelle fin août à Prague. "En cette période d'agression russe, que le Kremlin ne cesse d'intensifier, il ne peut être question de tourisme comme à l'ordinaire pour les citoyens russes", a-t-il soutenu.

>> LIRE AUSSI - Ukraine : inquiétudes sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, au menu de l'ONU

 

Le ministre tchèque doit toutefois convaincre le chef de la diplomatie européenne, l'Espagnol Josep Borrell, qui préside les conseils des ministres des Affaires étrangères et de la Défense. Les propositions de sanctions sont une de ses prérogatives. "Nous ne pouvons actuellement pas interdire l'entrée aux personnes munies d'un visa d'un autre pays de l'espace Schengen. Nous sommes à la recherche d'options", a récemment souligné la Première ministre estonienne Kaja Kallas qui soutient une interdiction gén...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Alésia : "La pire chose que la Russie a fait de notre peuple, ce n’est pas de nous tuer. Ils ont fait bien pire"