Une nouvelle étude recommande aux couples d’adopter des surnoms affectueux

Que pensez-vous des surnoms affectueux en couple ? [Photo: Getty]

Certaines personnes en couple sont incapables de terminer une phrase sans ajouter un petit “bébé” ou “chéri” quelque part, alors que d’autres lèvent les yeux au ciel dès qu’elles entendent le moindre petit surnom affectueux.

Mais, de nouvelles conclusions suggèrent que celles et ceux qui utilisent des petits noms sont plus heureux en couple que les autres.

87 % des couples américains utiliseraient des surnoms affectueux, contre seulement 74 % des européens, d’après une étude récente menée par Superdrug Online Doctor.

Mais attendez un peu avant de vous moquer de vos amis qui aiment étaler leur amour, car l’étude indique que les personnes en couple qui échangent des petits surnoms affectueux sont plus heureuses que les autres, et ce à hauteur de 16 %.

Les surnoms pourraient être la clé d’un mariage heureux, que ça vous plaise ou non [Photo: Getty]

Les anglophones devraient tout de même lire quelques informations supplémentaires avant de foncer sur internet pour laisser un commentaire sous le dernier selfie Instagram de leur moitié. En effet, certains surnoms sont loin d’être appréciés.

D’après l’étude, ‘Papi’ serait le surnom le plus détesté de tous (73 %). Les expressions ‘Daddy’ (72 %) et ‘Sweet Cheeks’ (66 %) sont également peu appréciées.

Mais, il s’agit finalement d’une question de goût.

En Allemagne par exemple, le surnom le plus populaire est ‘Schatz’, que l’on peut traduire par ‘mon cœur’, alors que les américains préfèrent ‘pretty’ ou ‘gorgeous’ (beauté).

Qui est davantage susceptible d’employer de tels surnoms ?

L’étude réalisée auprès de 1 000 couples révèle que, bizarrement, les hommes utiliseraient plus ce genre d’expressions amoureuses (85 %) que les femmes (76 %).

Les chercheurs ont une théorie : les conversations intimes encourageraient souvent des rapports sexuels plus intenses.

Les petits surnoms les plus populaires incluent notamment ‘bébé’ et ‘chéri’ dans la chambre à coucher, prouvant ainsi que la créativité n’est clairement plus une priorité.

Danielle Fowler