Une théorie scientifique explique pourquoi les gens restent en couple alors qu’ils sont malheureux

Une étude récente montre pourquoi les gens restent en couple alors que leur relation va mal [Photo : Getty]

On peut rester ensemble pour des questions matérielles ou pour les enfants. Les gens restent en couple alors que leur couple bat de l’aile pour de multiples raisons.

Mais selon une étude récente, il existe un autre facteur majeur qui empêche les gens de partir alors que leur relation ne fonctionne plus du tout.

L’étude, publiée dans la revue Journal of Personality and Social Psychology, montre que penser à l’autre personne du couple et aux conséquences d’une rupture pour elle a une influence capitale sur la décision de rester ou partir.

Pour cette étude, les scientifiques ont exploré la possibilité que les gens se trouvant face une telle décision pensent non seulement à eux, mais se demandent aussi à quel point leur partenaire souhaite continuer.

D’après Samantha Joel, anciennement professeur de psychologie et auteur principal de l’étude, il est plus difficile de se séparer d’une personne lorsque l’on pense que celle-ci dépend de nous.

« Plus quelqu’un pense que son partenaire est dépendant de la relation, moins cette personne va vouloir initier une rupture », déclare la psychologue. « Nous le constatons même chez les gens qui ne s’étaient pas vraiment engagés dans la relation ou qui étaient personnellement insatisfaits de la relation. »

Pourquoi les gens restent-ils en couple alors qu’ils ne sont pas heureux ? [Photo : Getty]

Des études ont déjà montré que parmi les éléments qui influencent la décision de rompre, il y a la durée d’existence du couple, les ressources et les émotions qui ont été investies, mais cette nouvelle étude suggère que les sentiments de l’autre pourraient avoir une influence considérable.

Une autre étude avait montré que les gens peuvent aussi rester malheureux en couple si les options alternatives paraissent moins intéressantes (comme être seul ou bien ne pas connaître de nouveau partenaire potentiel).

Mais cette dernière étude tend à montrer que les gens ne pensent pas uniquement à eux-mêmes lorsqu’ils hésitent à rompre ou pas, ils pensent aussi à leur possible « futur ex ».

« En général, nous ne voulons pas blesser l’autre et nous nous préoccupons de ce qu’il ou elle veut », explique S. Joel.

Le problème, c’est que nous ne pouvons pas toujours prédire exactement ce que l’autre va ressentir, si la relation prend effectivement fin.

Nous pouvons imaginer qu’une rupture va complètement dévaster l’autre, alors qu’il ou elle pourrait en fait aller s’inscrire sur des applis de rencontres, au lieu de passer ses soirées à pleurer.

« Ce que nous ignorons, c’est la perception de l’autre » explique la psychologue S. Joel. « Une personne peut surestimer l’engagement de son partenaire et la douleur qu’une rupture pourrait provoquer. »

Bien sûr, si vous pensez aux sentiments de l’autre en cas de rupture, vous êtes quelqu’un de bon et bienveillant, mais cela ne devrait pas vous retenir dans une relation qui vous rend malheureux.

Parce que rester alors que la relation ne marche pas, ce n’est bon pour personne.

Comme la psychologue le fait remarquer : « Qui veut être avec quelqu’un qui n’a pas vraiment envie de cette relation ? »

Marie Claire Dorking