USA: Un Thanksgiving assombri par le COVID-19

·2 min de lecture
USA: UN THANKSGIVING ASSOMBRI PAR LE COVID-19

NEW YORK/WILTON (Reuters) - L'épidémie de coronavirus a jeté un voile sombre jeudi sur les fêtes de Thanksgiving aux Etats-Unis, où le traditionnel défilé de Macy's s'est résumé à une retransmission télévisée et où de nombreuses familles n'ont pas eu d'autre choix que de partager à distance la traditionnelle dinde.

Cette année, le célèbre défilé new-yorkais de Macy's, qui éblouit chaque année les enfants depuis près d'un siècle, à grand renfort de ballons multicolores, a été considérablement limité.

Renonçant au parcours habituel à travers Manhattan, le cortège composé uniquement de véhicules pour des raisons sanitaires a été conçu spécialement pour la télévision, sans spectateurs et sans enfants pour l'acclamer.

Malgré les recommandations des Centres pour le Contrôle et la Prévention des maladies (CDC) les invitant à rester à la maison, près de 5 millions d'Américains ont voyagé par avion du vendredi au mardi, selon l'administration américaine de la sécurité des transports (TSA), un chiffre toutefois inférieur de moitié à celui de la même période l'année dernière.

De nombreux Américains considèrent que la réunion rituelle de Thanksgiving est suffisamment importante pour risquer une éventuelle infection.

Près de 40% d'entre eux prévoient d'assister à un "rassemblement à risque" pendant la période des vacances, selon une enquête nationale réalisée par Wexner Medical Center de l'Université de l'Ohio.

Beaucoup d'autres ont annulé leurs projets de voyage et vont plutôt se connecter avec leurs proches via FaceTime ou Zoom.

Aux États-Unis, le nombre de patients atteints du COVID-19 à l'hôpital s'élève mercredi à 88.000, un chiffre sans précédent, et les experts avertissent que Thanksgiving pourrait considérablement augmenter le nombre de décès qui a dépassé la barre des 260.000 dans tout le pays.

(Angela Moore à New York et Nathan Layne à; Wilton, Connecticut; version française Elena Smirnova, édité par Jean-Michel Bélot)