Utiliser une couverture lestée, l’astuce magique pour mieux dormir

En France, on estime que les troubles du sommeil touchent près de 42 % des personnes âgées de plus de 65 ans. Chez les seniors, ces troubles sont chroniques dans 50 % des cas. Vous aussi, vous avez du mal à vous endormir ou souffrez d’insomnies ? Avez-vous essayé la technique de la couverture lestée ? Cette méthode, qui vise tout simplement à dormir sous une couverture alourdie de milliers de petites billes, a d’abord fait ses preuves en cabinet : elles étaient à l'origine utilisées en thérapie.

En exerçant une pression sur le corps, la couverture "alourdie" donne une sensation de sécurité, un peu comme lorsqu’on emmaillote les bébés. Elle diminue le stress et l'agitation physique… en nous empêchant de bouger ! Des chercheurs suédois ont démontré que dormir sous ce genre de couverture améliore la qualité du sommeil des insomniaques. Cette sensation de lourdeur sur le corps permet en effet de mieux lâcher prise et de ne pas laisser ses pensées partir "dans tous les sens", confirment ses utilisateurs.

Leur usage est principalement connu sur le stress et le sommeil mais il ne serait pas le seul. Si les couvertures lestées peuvent s’utiliser en couverture principale durant la nuit, elles peuvent aussi être utile en appoint, uniquement posées sur les genoux par exemple. Elles aideraient d’ailleurs les personnes âgées ou souffrant de démence à mieux focaliser leur attention et à se concentrer pour mieux suivre une conversation, par exemple.

Comment choisir une couverture lestée ?

Pour être efficace, la couverture lestée doit peser environ 10% du poids de votre corps, soit par exemple la version 6 kg pour une femme qui pèse entre 50 et 70 kg. Côté budget, comptez 70 à 200 € selon la taille (simple ou double). Il en existe de nombreuses marques, comme wakeupserenity.com.

Notez enfin que cette solution douce n’est pas conseillée aux personnes souffrant de problèmes respiratoires, comme l’asthme, l’apnée du sommeil…

>> Et pour mieux s'endormir, pourquoi ne pas écouter un podcast ?

(...) Cliquez ici pour voir la suite