Comment utiliser le safran ?

D’où vient le safran ?

L’épice aromatique provient de la culture d’une petite fleur mauve toute mignonne répondant au doux nom de Crocus sativus ou, plus communément, fleur de crocus. Sa cueillette est aujourd’hui encore réalisée exclusivement à la main, ce qui explique d’ailleurs pourquoi le safran est considéré comme l’épice la plus chère au monde, ce d’autant plus que la période de floraison de la fleur de crocus survient entre octobre et novembre et ne dure pas plus de six semaines. Le temps est donc compté ! Lors de la récolte, ce sont les stigmates de la fleur qui sont délicatement récupérés avant d’être soigneusement séchés. Cette dernière opération revêt une importance capitale, car c’est elle qui va donner au safran toute sa qualité aromatique.

Où acheter du safran ?

Vous trouverez du safran dans la majorité des grandes surfaces. Cependant, de nombreuses safranières maillent le territoire français. S’il n’y en a pas près de chez vous, sachez que la plupart des producteurs possèdent des boutiques en ligne et offrent des garanties de qualité et de traçabilité. En effet, le safran est une épice onéreuse qui, à ce titre, attise de nombreuses convoitises. Il n’est donc pas rare de trouver du safran dont l’origine est frauduleuse, ou dont la qualité n’est pas irréprochable. Certains signaux d’alerte peuvent toutefois éveiller votre suspicion, comme la présence de filaments blancs ou jaunes qui trahissent un émondage de mauvaise qualité. Les stigmates du safran doivent afficher une belle couleur rouge. Ils doivent avoir une longueur de 2 à 3 cm, et présenter une extrémité évasée. Il faut savoir également que le safran vendu en poudre est généralement mélangé à d’autres épices.

Quels sont les bienfaits du safran ?

De par sa composition particulièrement riche, le safran fait partie des plantes dites "adaptogènes", c’est-à-dire qu’il aide l’organisme à affronter des situations de stress. Mais ce n’est pas tout, puisque l’épice contribue également à redonner du tonus et de

(...) Cliquez ici pour voir la suite