La vérité sur… les mésaventures de Natixis

·2 min de lecture

Etage après étage, les tours Duo 1 et 2 s'installent dans le paysage de l'Est parisien. Pour l'heure, difficile de savoir si ces bâtiments destinés aux équipes de BPCE et de Natixis forment le V de la victoire, ou si leur architecture compliquée, voulue par Jean Nouvel, est le symbole des contradictions qui agitent le groupe regroupant les Banques populaires, les Caisses d'épargne et leur filiale de marché, Natixis, objet de toutes les attentions. « Des sujets à traiter ont été identifiés chez Natixis, reconnaît Laurent Mignon, président du directoire de BPCE. Nicolas Namias, directeur général de Natixis, et ses équipes se sont attachés à les résoudre de manière déterminée et professionnelle. » Le temps presse. Le titre a cédé 44 % en un an en Bourse, soit 10 points de plus que son rival mutualiste Crédit agricole SA (Casa). Et si Natixis a sorti la tête de l'eau au troisième trimestre, avec un résultat net de 39 millions d'euros, ses bénéfices restent inférieurs de 91 % à ceux enregistrés un an plus tôt, quand Casa limite la glissade à 18,5 %.

L'étincelle H2O

Du coup, Laurent Mignon déploie les grands moyens pour « replacer la banque sur une trajectoire de croissance » . Mesures d'économies de 350 millions d'euros à horizon 2024, annonce d'un prochain plan stratégique au printemps 2021, rapprochement avec La Banque postale dans la gestion d'actifs… les annonces se sont accumulées, le 5 novembre, lors de la publication des résultats trimestriels du groupe. Surtout, la banque de marché promet enfin de rompre les amarres avec H2O, une boutique de gestion d'actifs dont Natixis va vendre ses 50,01 %. Car c'est H2O qui a mis le feu aux poudres. Le problème a éclaté au grand jour en juin 2019, lorsque les clients de cette société basée à Londres ont retiré d'un coup quelque 8 milliards d'euros sur un total de 34 milliards d'encours. La raison ? En dépit de son nom de fluide, H2O ne parvenait plus à offrir à ses investisseurs la liquidité promise. En août 2020, nouvelle al[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi