La vérité sur les relations à distance (et leur avenir)

Caroline Michel

Perçues comme compliquées ou déconnectées de la réalité, les relations à distance ne se déplacent jamais sans leur lot de conseils. Or, s’il est intéressant de détenir quelques tips pour les appréhender, ne serait-il pas plus judicieux d’entrer dans leurs coulisses et de comprendre leurs véritables enjeux ? Témoignages et avis d’expert.

Claire a 45 ans et vit à Amiens. Cette prof et mère de trois enfants en garde alternée se dit « abonnée » aux histoires à distance. Depuis la séparation avec le père de ses enfants il y a huit ans, elle ne vit que ça : « Je suis toujours tombée amoureuse de gens qui habitaient loin de chez moi, c’est comme ça, ce n’est pas un choix », confie-t-elle. Pour autant, si les kilomètres ne sont pas choisis, ils ne sont pas non plus évités. « Je crois que c’est parce que le quotidien partagé ne m’attire plus après l’avoir longuement vécu. J’aime avoir mon indépendance, mes habitudes et personne sur le dos », poursuit-elle. Néanmoins, pour d’autres, les kilomètres pèsent plus lourd. Anaïs, 33 ans, accuse une lassitude certaine : « Au début, c’était excitant, c’était même de l’ordre du défi : comment allions-nous abolir la distance Paris-Nantes ? Aujourd’hui, nous avons joué toutes nos cartes, nous sommes bloqués et ça me désespère », explique la jeune femme.

Même si la distance est parfois bien appréhendée, elle n’est jamais rêvée. Claire, qui jouit de sa liberté et refuse la cohabitation, ne serait pas contre fréquenter un partenaire installé dans le village voisin. Dans tous les cas, les relations qui se construisent à coups de billets de train et d’agendas possèdent leurs difficultés, difficultés dont on ignore parfois les ressorts et les véritables issues. Nous avons décidé de plonger dans la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi