Va-t-on (vraiment) voir des concerts dès le 19 mai ?

·1 min de lecture

"Ce n’est pas parce qu’on nous dit qu’on peut démarrer le 9 juin qu’on sera prêt à cette date". C’est ce que confie à Europe 1 Thierry Langlois, directeur d’Uni-T production qui s’occupe de tournées d’artistes, après l'annonce de la réouverture progressive des lieux culturels. Car beaucoup de facteurs entrent en compte : "Il faut monter les productions, les tournées, il faut avoir le temps de faire la promotion, de vendre les billets… c’est toujours un peu compliqué !", ajoute-t-il.

Les artistes réservés

Pour autant, d’autres tourneurs se projettent, contre vents et marées. Celui de Louis Chedid, d’Alain Souchon ou de Kendji Girac nous assure qu’ils feront des concerts en juin, malgré la jauge réduite imposée, le public assis et l’incertitude. La chanteuse Suzane, elle, a une dizaine de concerts de prévus en juin. Car ces artistes ne demandent pas une grosse production ou ont déjà revus leur set pour qu'il soit compatible avec un public assis.  

Mais ça, c’est sur le papier. Car jusqu’au 9 juin, la condition pour qu’un concert se tienne, c’est une jauge à respecter de 35% par salle. Ce qui représente par exemple 374 sièges au lieu de 1.000 à la Cigale, à Paris. Le chanteur Rover doit y jouer dans trois semaines et il se demande s’il n’est pas mieux de décaler encore un peu pour jouer devant plus de monde et face à un public potentiellement debout. D’autant qu’à cette période, les artistes et leurs tourneurs se projettent non plus dans les salles mais en festivals. La chanteus...


Lire la suite sur Europe1