“On va te mettre à poil tout de suite” : les confidences bouleversantes de Yannick Noah sur son enfance

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Yannick Noah est un artiste que l’on ne présente plus. Né à Sedan, dans les Ardennes en mai 1960, il est originaire de Yaoundé, au Cameroun. Aujourd’hui âgé de 62 ans, c’est dans les colonnes du magazine Society qu’il a fait des confidences très bouleversantes, le jeudi 26 mai 2022. En effet, il en a profité pour parler ouvertement de son enfance et des remarques racistes dont il a pu faire l’objet durant son adolescence, lorsqu’il vivait à Nice. "Quand t'es môme, c'est plus les humiliations et les bizutages qui marquent", a-t-il d’abord confié. "J'étais le plus petit et ils ne bizutaient pas 'Bamboula', ils bizutaient le petit nouveau, ça faisait partie du truc", précise-t-il ensuite. Ces bizutages, Yannick Noah en a des souvenirs très précis. "On va te mettre à poil tout de suite, la b**e au dentifrice, la b**e au cirage, classique quoi. Je n'aimais pas", s’est-il souvenu avant d’affirmer qu’il était tout seul. "Les parents étaient à l'autre bout du monde, il y a certains moments que j'ai détestés. Les premiers mois surtout, et après ça s'est tassé".

Durant sa jeunesse, Yannick Noah a dû jongler entre les deux cultures de ses parents. Son père, Zacharie Noah est né à Yaoundé au Cameroun et sa mère, Marie-Claire Noah, est une Ardennaise. Respectivement décédés en 2017 et 2012, les parents du chanteur ont formé l’un des rares couples mixtes dans les Ardennes dans les années 1960. Alors qu’ils faisaient beaucoup parler d’eux, Yannick Noah a gardé de bons souvenirs, assurant même (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles