Vacances de Noël d'Emmanuel et Brigitte Macron à Brégançon : une pause au goût amer

Les vacances d'hiver 2019 ont décidément un goût amer pour Emmanuel Macron cette année. Parti se reposer avec celle qui partage sa vie, l'ex-professeure Brigitte Macron, le président de la République se fait discret. Discret au point de ne même pas informer le service de communication de Bormes-les-Mimosas de sa venue, alors que ce dernier est d'habitude prévenu lors des séjours du chef de l'Etat au Fort de Brégançon, où il s'en est allé passer un court séjour entre Noël et le Nouvel an. C'est en tout cas ce que révèle La Provence, qui consacre un article au séjour du couple. "C'est la première fois qu'ils viennent sans nous prévenir. Nous avons appris la nouvelle via la presse et on ne sait rien de leur programme," a expliqué au journal Morgane Auffret, employée du service de communication de la ville. Du jamais vu.

⋙ Emmanuel Macron : inquiet pour sa sécurité, son entourage prend des mesures radicales

En cette fin d'année, les proches d'Emmanuel Macron se disent de plus en plus inquiets pour sa sécurité, apprenait-on par ailleurs dans Le Parisien samedi 28 décembre. "Emmanuel Macron, alors en chute libre dans les sondages, vacille au point que son escorte policière décide de modifier secrètement son trajet vers la résidence de la Lanterne (Versailles), où le couple présidentiel a désormais ses habitudes le week-end." Un macroniste confirme : "Un président qui en vient à changer son parcours en voiture pour éviter le peuple qui l'a élu… c'est quand même qu'il y a un problème." De son côté, le 29 décembre, Le Journal du dimanche révèle que l'ancien Ministre n'a de toutes façons pas le temps de s'inquiéter pour sa propre sécurité alors que le mouvement de grève nationale causé par la réforme des retraites, qui dure depuis début décembre, se poursuit. "En vacances depuis quelques jours au fort de Brégançon, dans le Var, avec son épouse, Brigitte, Emmanuel Macron doit rentrer prochainement à Paris pour prononcer un discours plus resserré qu'à l'habitude, sans doute d'une

(...) Cliquez ici pour voir la suite