Vaccin contre le coronavirus : le scénario optimiste de l'Agence européenne des médicaments

"Nous avons un grand espoir. Si nous trouvons un vaccin très efficace que nous pourrons distribuer à tous ceux qui en ont besoin dans le monde, nous aurons peut-être une chance d'éliminer ce virus", a souligné le Dr Michael Ryan, directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, lors d'une conférence de presse virtuelle à Genève, ce 13 mai. La seule solution pour en finir avec le coronavirus est donc un vaccin. L’espoir repose ainsi sur les épaules des scientifiques du monde entier, qui se démènent depuis des semaines pour trouver un remède contre le Covid-19.

Un vaccin contre le coronavirus pourrait être prêt d’ici un an

Mais pour l’heure, les vaccins et les traitements potentiels contre le coronavirus sont en cours de développement ou en phase d’essai clinique. Il va donc falloir se montrer patient. Selon l’Agence européenne des médicaments (EMA), un vaccin contre le Covid-19 pourrait être prêt d’ici un an dans un scénario "optimiste". "Nous pouvons voir la possibilité si tout se déroule comme prévu que certains (vaccins) soient prêts à être approuvés d’ici un an", a déclaré Marco Cavaleri, directeur de la stratégie à l’EMA lors d’une vidéo-conférence, ce 14 mai.

"Ce sont juste des prévisions fondées sur ce que nous voyons. Mais je dois à nouveau souligner que c'est dans le meilleur des scénarios, nous savons que tous les vaccins en cours de développement risquent de ne pas parvenir jusqu'à l'autorisation et de disparaître. Nous savons également qu'il peut y avoir des retards", a-t-il poursuivi.

Alors que l’accès au vaccin éventuel contre le coronavirus lancé par le géant pharmaceutique Sanofi fait polémique, l’EMA a assuré qu’elle "veillerait" à ce que tout vaccin soit disponible pour tous les citoyens européens.

L’EMA est "un peu sceptique" concernant la possibilité qu’un vaccin soit prêt dès septembre

Marco Cavaleri s'est dit "un peu sceptique" quant aux informations selon lesquelles un vaccin pourrait être prêt dès septembre. C’est le cas de l’Institut Pasteur, qui

(...) Cliquez ici pour voir la suite