Vaccination : les questions les plus courantes de « ceux qui hésitent »

·2 min de lecture

Sur Twitter, des professionnels de la santé s’organisent pour lutter contre le manque d’informations des réticents à la vaccination. L’une de ces médecins nous explique la démarche - et répond aux questions les plus récurrentes.

Depuis les annonces d’Emmanuel Macron, la France semble divisée en deux camps. D’un côté, les pro-vaccins, qui affichent fièrement leur statut et louent la liberté retrouvée ; de l’autre, les anti, qui crient à la dictature sanitaire. Pourtant, entre les deux, il y a ceux qui hésitent. Ceux qui auraient préféré attendre, mais qui, face aux nouvelles mesures en place, envisagent désormais une vaccination durant l’été. Sur les réseaux sociaux, des médecins comme le Dr Hélène Rossinot (@helenerossinot sur Twitter) se font pédagogues et répondent à leurs questions afin de les rassurer. Sans jugement, et sans moqueries.

Si vous hésitez à vous faire vacciner et désirez poser des questions sans être considéré comme un idiot ou un complotiste, envoyez moi un DM.

— Dr Hélène Rossinot (@helenerossinot) July 14, 2021

« J’ai posté mon message hier soir, raconte la généraliste. En quelques heures, j’ai reçu des centaines de questions. Je m’attendais à avoir une déferlante d’antivax, mais en fait, je n’en ai eu aucun. » Dans les faits, aucun profil type - juste des personnes qui « ont entendu une fake news sur le vaccin à un moment donné, ou qui avaient envie d’attendre ». Pour ELLE, le Dr Rossinot répond aux questions qui reviennent le plus.

A lire >> Qui sont les antivax ?

« Est-ce qu’on a assez de recul ? »

Dr Hélène Rossinot - Oui, on a du recul. Tout le monde fait une fixette sur le fait que le vaccin est sorti il...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles