Vaccins anti-Covid : les raisons de la défiance en Italie, en Allemagne, aux États-Unis et en Chine

franceinfo
·1 min de lecture

Le Royaume-Uni est devenu le premier pays à valider le principe de la commercialisation d'un vaccin contre le Covid-19 et plusieurs pays, comme la France, travaillent actuellement sur leur futur calendrier de vaccination. L'accélération est spectaculaire mais la défiance des citoyens est grande. Selon plusieurs enquêtes, 50% des Français sont réticents, voire opposés au vaccin. Le phénomène n'est pas nouveau dans notre pays. Est-ce le cas aussi ailleurs dans le monde ? Nous vous emmenons en Italie, aux États-Unis, en Chine et en Allemagne.

En Italie, le mouvement anti-vaccins est assez fort, environ 40% de la population. Comme dans bon nombre de pays du sud de l'Europe, cette opposition risque de compliquer la campagne de vaccination contre le coronavirus qui est censée démarrer là-bas fin janvier. Comme Saint-Thomas, les Italiens ne croient que ce qu'ils voient, alors ils préfèrent attendre avant de se faire vacciner. Et ce ne sont pas certains scientifiques qui vont les rassurer. Le plus célèbre, celui qui a réussi à circonscrire le premier foyer du Covid-19 en Vénétie, le professeur Andrea Crisanti, a déclaré qu'il ne se ferait pas vacciner, en l'état actuel des connaissances. Bronca immédiate dans les médias.

Mais une fois de plus, ces (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi