Vague de chaleur exceptionnelle : refus de travailler, télétravail, aménagement des horaires... Quels sont mes droits ?

La vague de chaleur qui commençait à s’abattre sur la France mardi 14 juin 2022 par le sud-ouest a pris de l’ampleur : le mercredi 15 juin, c’est toute la France qui est touchée. Météo-France a revu ses prévisions à la hausse : mercredi, tout le pays a connu des températures supérieures à 30°C. Mais le pire reste à venir : Météo-France annonce maintenant des températures allant de 30 à plus de 40 degrés localement, particulièrement dans le sud-ouest. De plus, 23 départements ont été placés en vigilance orange canicule. Il s’agit de presque toute la façade atlantique, allant des Pyrénées-Atlantiques à la Loire-Atlantique, mais aussi vers le centre du pays, jusqu’à l’Ardèche et à la Drôme. Devant ce constat, les salariés se demandent s’ils sont obligés d’aller travailler… En effet, de telles chaleurs sont plus qu’inconfortables, et peuvent causer maux de tête, fatigue, allant parfois jusqu’à la nausée, des crampes voire des coups de chaleur et des vertiges.

Face à cette vague de chaleur qui arrive, que peuvent faire les salariés ? "Le Code du travail ne prévoit rien de précis en cas de canicule", explique Delphine Robinet, avocate spécialisée en droit social, à Capital. Il est seulement prévu que l’employeur prenne "les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs". Concernant les fortes chaleurs, il indique tout de même que "les équipements et caractéristiques des locaux de travail doivent permettre d’adapter la température (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles