Vaimalama Chaves : "Je suis SDF !", cet après-Miss France qui s'annonce compliqué

Dur dur de ne plus être Miss ! Certaines ont plutôt bien géré leur reconversion, à l'image de Sylvie Tellier, directrice du comité, ou encore d'Elodie Gossuin, que l'on voit partout sur les ondes comme à la TV. D'autres, en revanche, ont complètement disparu de la médiasphère. On taira volontiers les noms (d'autant qu'on les a oubliés). Du coup, l'actuelle lauréate Vaimalama Chaves, se pose sérieusement la question de l'après-Miss France, à quelques jours de l'élection, prévue le 14 décembre prochain à Marseille. Une interrogation d'autant plus légitime que la Tahitienne a montré qu'elle possédait beaucoup de cordes à son arc durant son année de mandat. Cependant, réside un problème majeur : son CDD se termine bientôt et elle n'a pas encore songé à son futur, profitant pleinement de son expérience d'ambassadrice des Français.

>>> Qui est Matahari Bousquet, qui succède à Vaimalama Chaves au titre de Miss Tahiti 2019 ?

Si son avenir professionnel semble lancé, avec un album bientôt dans les bacs, le sujet du logement lui revient en pleine face, tel un boomerang. "Je dois trouver un appartement, j’ai rendu la clé de l’appartement des Miss. Je suis SDF !", a-t-elle confessé au Parisien, ce lundi 25 novembre, avec un trait d'humour. Une difficulté à laquelle s'ajoutent les traditionnelles démarches administratives qu'elle doit effectuer pour pouvoir vivre en Métropole. "A Paris, le rythme est si différent. Il y a une distance culturelle mais aussi administrative", déplore celle qui vient de faire connaissance avec l'URSSAF et doit passer à la banque pour créer sa société. Ce dur retour à la réalité semble impacter le moral de Vaimalama Chaves, d'ordinaire si souriante et qui accuse le coup. "Je n’étais pas bien ces dernières semaines à cause de tout ça", a-t-elle fini par avouer à nos confrères. Mais c'est certainement une jeune femme pleine de vie et de projets que les téléspectateurs de TF1 retrouveront dans quelques semaines au moment de rendre sa couronne.

A lire aussi :

(...) Cliquez ici pour voir la suite