Comment vaincre le syndrome de l'imposteur ?

·1 min de lecture

"Oui, j'ai eu beaucoup de chance d'obtenir cette promotion..." La chance, mais aussi le travail, «"J'ai beaucoup bossé pour boucler ce dossier", ou les circonstances, "J'étais là au bon moment, par hasard "... En tout cas, la réussite vient d'un élément extérieur, jamais des compétences de la personne. Pas de doute, nous sommes face à quelqu'un qui souffre, peut-être sans le savoir, du syndrome de l'imposteur.

"Brillant, mais modeste, l'imposteur a souvent l' impression d 'usurper une position, de ne pas être à la bonne place, dans le bon rôle, et toujours au-dessus de ce qu' il mérite" explique la psychologue Laurie Hawkes. Des patients qui réussissent, mais qui pensent ne pas le mériter, elle en a croisé énormément dans sa carrière.

"Leur grande crainte ? La peur que l'on découvre le pot aux roses, et qu' ils perdent tout. Du coup, ils travaillent encore plus, surinvestissent les sphères concernées et le cercle vicieux est mis en place. En cas de réussite, ils disent que c'est parce qu' ils ont beaucoup travaillé donc..."

À ne pas confondre avec des usurpateurs, par exemple les faux médecins ou autres, qui font croire, eux, en leurs fausses compétences.

Des origines dans l'enfance

Des parents trop exigeants, un enfant "jamais à la hauteur", de fortes attentes familiales... C'est le terreau idéal pour le syndrome de l'imposteur. "L' idéal serait d 'être dans le " juste", précise Laurie Hawkes. Accompagner l'enfant sans en attendre trop, lui donner (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Confinement : 6 bienfaits du stretching
Etes-vous hypersensible ? 9 signes révélateurs
Méditation : 3 exercices pour ne pas laisser l'anxiété vous gagner
Ces aliments qui favorisent le sommeil
Bien-être : 6 sérums beauté faits-maison