Valérie Donzelli : « J’ai un optimisme à toute épreuve »

Clara Géliot

Avec « Notre dame », l’actrice et réalisatrice Valérie Donzelli signe un film pétillant, où elle incarne une femme à son image : créative, active, engagée, maternelle, rigolote et émouvante.

Vous avez achevé le tournage de Notre dame en novembre 2018. Quelle a été votre réaction lorsque la cathédrale a brûlé  ?
Valérie Donzelli - 
L’incendie est survenu le dernier jour du montage du film. En apprenant la nouvelle, j’ai enfourché mon vélo pour aller voir de près ce qui se passait : l’ampleur des flammes était telle que j’ai vraiment cru que l’on ne reverrait jamais Notre-Dame. J’étais bouleversée. C’est une cathédrale que j’affectionnais particulièrement depuis le tournage, car nous sommes les premiers à avoir eu l’autorisation d’y poser nos caméras. Lorsqu’une telle chance vous est offerte, vous créez forcément un lien particulier avec le lieu : on vous fait tout visiter, on vous remet les clés et, le temps de quelques nuits, ça devient un peu votre maison.

Avez-vous pensé à rebaptiser votre film ?
Valérie Donzelli - 
Avant de songer au titre, je me suis demandé ce qu’il adviendrait de ce film, dont Notre-Dame est un personnage central. Si la cathédrale avait disparu, personne n’aurait supporté que l’on puisse en faire un film burlesque. En effet, ce n’est pas un hommage, mais une comédie sur la reconstruction, qui interpelle sur le besoin de se libérer du passé pour construire l’avenir. Après de longues heures, quand j’ai vu que l’incendie n’était pas intentionnel, que le feu était maîtrisé, que l’on ne déplorait aucune victime et que le drame prenait une dimension valeureuse avec les prouesses des ...Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi