Valérie Pécresse : son fils arrêté avec du cannabis ? Elle crie au complot

“J’avais des choses à dire.” Invitée au micro de France Inter mardi 12 novembre 2019 pour faire la promotion de son livre Et c’est cela qui changea tout, publié le 14 novembre aux éditions Robert Laffon et écrit avec la journaliste Marion van Renterghem, Valérie Pécresse s’est exprimée sur ses combats politiques. Ses combats pour sa vision de la politique en tant que femme de droite et ses combats contre les hommes politiques en tant que femme tout court. “Pendant 20 ans, je me suis construit une carapace”, commence-t-elle. “Et puis finalement je me rends compte que c’est important aussi d’exprimer ce que je vois, mon regard sur la France, mon regard sur la politique, et de témoigner d’un certain nombre de choses.” Dans son livre d’entretiens, la Présidente de Soyons libres dévoile, entre autres, les attaques dont elle a fait l’objet… comme le canular téléphonique ou le coup monté dont elle dit avoir été victime.

“Cela fait dix ans que je n’ai plus de numéro de téléphone fixe parce qu’il y a dix ans, des jeunes socialistes, pour me déstabiliser pendant une campagne, m’ont fait un terrible canular téléphonique”; affirme Valérie Pécresse. “Ils ont appelé à 3 heures, à 4 heures, à 5 heures du matin en se faisant passer pour la maîtresse de mon mari et en hurlant dans le téléphone 'Ce n’est pas parce que ta femme fait de la politique que tu peux m’emmener dans des hôtels glauques et me laisser tomber comme une vieille chaussette.' Je ne sais pas si ce genre de canular vous est déjà arrivé mais c’est quelque chose de très traumatisant. Il faut avoir une sacrée confiance dans son couple et en soi-même pour surmonter ce genre d’affaire.”

⋙ Valérie Pécresse : son fils arrêté en possession de cannabis

La politicienne poursuit : “Ça peut paraître anecdotique mais j’en raconte beaucoup d’autres, d’anecdotes de ce type. Comment on m’a fait une fausse dénonciation d’accident de voiture avec délit de fuite, ou comment ils sont allés chercher mon fils Clément en montant en épingle une

(...) Cliquez ici pour voir la suite