Valérie Trierweiler : licenciée de manière abusive, elle remporte une victoire judiciaire déterminante

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Principalement connue aujourd'hui pour avoir été la compagne de François Hollande, lorsque l'ancien président de la République était en poste au sein de l'Élysée, Valérie Trierweiler est avant tout une journaliste reconnue, qui a travaillé durant plus de 30 ans pour la rédaction du magazine Paris Match. Officiant au départ dans la rubrique politique de l'hebdomadaire, Valérie Trierweiler a ensuite intégré la rubrique culture du journal, après sa relation avec François Hollande. Toutefois, Paris Match avait finalement décidé de mettre un terme à sa collaboration avec la journaliste durant l'été 2020.

"Ce licenciement sans aucun motif valable me laisse en état de choc et de sidération", avait écrit Valérie Trierweiler le 13 août 2020 sur Twitter. L'ancienne compagne de François Hollande avait affirmé avoir appris la nouvelle lors de ses congés, "de façon extrêmement brutale". Pour justifier la décision de Paris Match, Hervé Gattegno, qui dirigeait encore l'hebdomadaire au moment où Valérie Trierweiler fut remerciée, avait évoqué une "inadaptation et (une) insuffisance qualitative des propositions d'articles présentées à la direction de la rédaction de Paris Match". Cependant, le magazine n'a pas réussi à le démontrer devant la Justice, comme l'a révélé Le Canard Enchaîné, mercredi 25 mai 2022.

En effet, le tribunal des prud'hommes de Paris a finalement reconnu le licenciement abusif de Valérie Trierweiler dans une décision rendue le 28 avril 2022. Paris Match fut ainsi condamné à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles