Valérie Trierweiler : trompée par François Hollande, qui est l’homme qui l’a soutenue durant son hospitalisation ?

Le 10 janvier 2014, Valérie Trierweiler fait une désagréable découverte. En Une du magazine Closer trône une image de son conjoint François Hollande, accompagné de l’actrice Julie Gayet. Le titre “L’amour secret du Président” s’impose en lettres jaunes et annonce déjà le début du scandale. Si aujourd’hui l’ancien chef de l’État et la productrice de 47 ans n’hésitent plus à se montrer ensemble en public, leur liaison secrète à l’époque a fait l’effet d’une bombe dans la presse française et internationale. L’annonce est un choc pour Valérie Trierweiler, qui doit être conduite à l’hôpital. L’ex-Première dame a été prise en charge dans le service neurologie de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, afin qu’elle puisse se reposer durant quelques jours. L’accès de sa chambre est restreint aux médecins et personnel hospitalier uniquement. Une mesure prise par nul autre que celui qui l’accompagnera dans cette épreuve difficile.

⋙ Valérie Trierweiler : ce jour où elle a compris que François Hollande lui échappait

L’homme qui l’a soutenue, c’est Olivier Lyon-Caen, neurologue et chef de service de l’établissement à l’époque. Selon les informations recueillies par nos confrères de Gala, l’Élysée aurait appelé le médecin afin qu’il vienne chercher Valérie Trierweiler, qui ne se sentait pas bien. Ce dernier l’aurait donc exfiltrée discrètement jusqu’à l’hôpital. Cet homme n’a pas été sollicité par hasard : en 2014, il était en effet le conseiller santé et recherche médicale de François Hollande. Et ce n’est pas le seul lien entre le neurologue de 73 ans et le palais présidentiel. Olivier Lyon-Caen est également le mari de Jacqueline Chabridon, journaliste qui fût la maîtresse du défunt Président Jacques Chirac dans les années 70. Le professeur, promu officier de la Légion d’honneur en juillet 2019, a également soigné Jacques Chirac jusqu’à son décès le 26 septembre de cette année. En 2011, il signe le rapport médical faisant état du diagnostic d’anosognosie, ce trouble psychologique qui

(...) Cliquez ici pour voir la suite