Valéry Giscard d'Estaing visé par une plainte pour agression sexuelle

L’ancien président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle. La journaliste allemande Ann-Kathrin Stracke, âgée de 37 ans, affirme que celui qui fut président de la République entre 1974 et 1981 lui aurait posé la main sur les fesses lors d’une interview, fin 2018. Les faits remonteraient au 18 décembre 2018. Ce jour-là, Mme Stracke a rendez-vous avec l'ancien chef de l'Etat dans son bureau du boulevard Saint-Germain, situé à Paris. La rencontre a lieu à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance de l’ancien chancelier fédéral, Helmut Schmidt, au pouvoir quand l'ancien rival de Jacques Chirac était à l’Elysée. À l’issue de cet entretien, la journaliste allemande demande à M. Giscard d’Estaing s’il accepte de poser pour une photographie avec elle, son cameraman et sa preneuse de son. Mais à ce moment, la plaignante affirme que l’ancien président l’aurait entourée de son bras, lui aurait touché la taille et posé la main sur une fesse.

Valéry Giscard d'Estaing affirme ne pas se souvenir de cette rencontre

Juste avant le départ de l'équipe de tournage, celui qui est né à Coblence en Allemagne aurait renouvelé ce geste déplacé alors qu'il montrait des photographies à la journaliste allemande. A son retour en Allemagne, cette dernière a immédiatement informé sa hiérarchie de cet épisode. Un cabinet d'avocat a adressé une lettre à Valéry Giscard d'Estaing. Selon les journalistes du Monde, les services de l'ancien chef de l'Etat avaient alors simplement accusé réception de ce courrier. Contacté par le quotidien, le directeur de cabinet de Valéry Giscard d’Estaing Olivier Revol, explique que ce dernier, âgé de 94 ans, ne garderait "aucun souvenir de sa rencontre" avec Mme Stracke. "Si ce qui lui est reproché était vrai, il en serait bien sûr navré, mais il ne se souvient de rien", indique-t-il. Il précise que c'est la première fois que l’ancien chef de l’Etat est visé par ce type d’accusations. Le 10 mars 2020, Ann-Kathrin

(...) Cliquez ici pour voir la suite