Valence: Mouctar Diakhaby refuse de poser à côté d'une banderole contre le racisme

Valence: Mouctar Diakhaby refuse de poser à côté d'une banderole contre le racisme

Une image a attiré l'attention juste avant le début du match de Liga entre Majorque et Valence ce jeudi soir. En effet, comme lors des autres rencontres de cette journée de championnat, les joueurs des deux équipes ont posé ensemble en tenant une banderole avec le slogan "Racistes, hors du football" de la campagne conjointe lancée par le Ministère des Sports, LaLiga et la Fédération espagnole de football contre le racisme. Mais le défenseur de Valence Mouctar Diakhaby a évité de poser sur la photo.

Déjà victime de racisme en Liga

Il semblerait que ça soit délibéré puisqu'on le voit regarder les 21 autres acteurs se réunir derrière la banderole, pendant que lui s'étire derrière, tête baissée.

Le défenseur guinéen avait été victime de racisme lors d'un match de Liga, dans un épisode qui remonte au 4 avril 2021. Accusant Juan Cala, défenseur de Cadiz, de lui avoir crié "Noir de merde!", Mouctar Diakhaby avait alors choisi de quitter le terrain, suivi par ses coéquipiers.

Averti par LaLiga que cela signifierait la perte du match, l'équipe était revenue (sans Diakhaby) et avait terminé la rencontre. L'enquête ouverte par LaLiga avait finalement été classée sans suite, faute de preuves, alors que le championnat espagnol avait assuré qu'il disposait d'un enregistrement sonore pouvant aider l'enquête.

Le journal valencien Super Deporte avance que l'initiative de Mouctar Diakhaby ce jeudi "pourrait s'agir d'un message de l'international guinéen à l'encontre de la Liga, qui semble aujourd'hui combattre fortement le racisme, alors que dans le cas du défenseur de Valence, elle n'était pas si intéressée".

"Tu continues de parler parce qu'ils t'ont protégé"

Après le racisme dont a été victime Vinicius ce dimanche face à Valence, Mouctar Diakhaby avait apporté son soutien au Brésilien sur Twitter en demandant à ce que son club fasse "le nécessaire pour sanctionner fortement ceux qui ont commis ces actes". "Ne rien dire est complice", avait-il conclu.

Le défenseur central avait également dû répondre à un commentaire désobligeant de Juan Cala, qui provoquait volontairement celui qu'il est accusé d'avoir insulté: "Aujourd'hui, Paulista et son ami n'ont pas quitté le terrain en souffrant, n'est-ce pas? Aujourd'hui, il n'y a pas de communiqués, pas de vidéos, aujourd'hui les supporters exemplaires ne vont pas porter le chapeau, non? Le temps et seulement le temps remettra chaque clown à sa place."

"Tu continues de parler parce qu'ils t'ont très bien protégé, alors tais-toi un peu", lui avait répondu le joueur de Valence. Avec son geste ce jeudi, Diakhaby donne l'impression qu'il pense qu'il y a des critères différents selon la personne visée par l'allégation.

Article original publié sur RMC Sport