Vanessa Burggraf : ce mauvais conseil que lui avait donné Léa Salamé pour “On n’est pas couché”

Avant 2016, Vanessa Burggraf n’avait jamais fait parler d’elle. Cette année-là, Laurent Ruquier la repère sur France 24 et l’invite à intégrer la bande de chroniqueurs de son émission On n’est pas couché. La journaliste accepte alors immédiatement de remplacer sa consoeur Léa Salamé. Elle quitte pourtant le programme moins d’un an après son arrivée, en 2017. Et pour cause, Vanessa Burggraf a été à l’origine d’un certains nombre de polémiques. Altercation avec Nathalie Kosciusko-Morizet, fake news face à Najat Vallaud-Belkacem, attaque contre Matthieu Chedid, fou rire face à Philippe Poutou, ou encore critique envers Françoise Hardy : la chroniqueuse a enchaîné les boulettes. Durant cette année, elle a donc été la cible de critiques sur les réseaux sociaux. “J'ai vu ma pauvre Vanessa Burggraf se fissurer de jour en jour, d'émissions en émissions. J'ai vu cet être humain voler en éclat et se briser doucement comme une porcelaine car elle passait ses journées, ses nuits, ses matinées, bref son existence, à taper le mot 'Vanessa Burggraf' sur Google”, racontait son collègue Yann Moix à Télé-Loisirs en 2018.

⋙ Yann Moix raconte le cauchemar vécu par Vanessa Burggraf dans "On n’est pas couché"

C’est finalement lundi 27 janvier 2020 que Vanessa Burggraf est revenue sur cette année dans l’émission Culture Médias, sur Europe 1. “C'était une année exceptionnelle, très dure. Mais si c'était à refaire, avec un peu de recul aujourd'hui, je le referais. Je suis arrivée plus forte à France 24 que j'en étais partie”, explique celle qui est aujourd’hui directrice de la rédaction francophone de France 24. “J'ai payé une absence de notoriété, explique-t-elle pour justifier la déferlante de critiques à son encontre. Je n'avais jamais fait un média de ma vie en France. Dans ce milieu, il faut avoir du réseau, des gens, des confrères qui vous soutiennent. Moi je ne connaissais personne donc je n'ai eu aucun soutien”, raconte-elle au micro de Philippe Vandel. Pourtant, son amie Léa Salamé avait

(...) Cliquez ici pour voir la suite