De la vapeur d'eau détectée dans l'atmosphère de Ganymède, la plus grande lune du Système solaire

·2 min de lecture

Pour la première fois, des astronomes ont détecté de la vapeur d’eau dans l’atmosphère de Ganymede, une des quatre lunes galiléennes de Jupiter. Cette découverte renforce l’intérêt de cette lune dont on sait aujourd’hui qu’elle abrite un océan d’eau salée à l’état liquide, piégé entre deux couches de glace à plus de 160 kilomètres sous sa surface. Comme sur Europe et Callisto, deux autres lunes de Jupiter.

Cette découverte, on la doit à une équipe d’astronomes, sous la direction de Lorenz Roth du KTH Royal Institute of Technology de Stockholm, en Suède, qui, en fouillant dans de vielles données d’Hubble afin de préparer les observations de la mission Juno, a fait cette incroyable découverte. En effet, comme le souligne le communiqué de l’ESA et de la Nasa, « là où il y a de l’eau, il pourrait y avoir la vie telle que nous la connaissons ». Cela dit, si cette condition est nécessaire à l'existence d'une forme de vie, si simple soit-elle, elle n’est évidemment pas suffisante. Il faut aussi une source d’énergie et des éléments essentiels (le carbone C, l'hydrogène H, l'azote N, l'oxygène O, le phosphore P et le soufre S) regroupés sous l’acronyme CHNOPS.

Concours d'idées pour repérer la vie dans le Système solaire

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des données initiales mal interprétées

En comparant des spectres réalisés par l’instrument Stis d’Hubble dans l’ultraviolet en 1998 et 2010, avec des observations plus récentes réalisées en 2018 avec l’instrument COS pour mesurer la quantité d'oxygène atomique dans l’atmosphère de Ganymede, les astronomes se sont rendus compte d’une mauvaise interprétations des données initiales. Alors que l'on supposait à partir des observations de 1998, la présence d’oxygène atomique dans l'atmosphère de Ganymède, les astronomes sont arrivés à la conclusion que, finalement, il n'y en avait pas tant que cela, contrairement à l'oxygène...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles