Variant indien (delta) : quelle progression en France et au Royaume-Uni ?

·1 min de lecture

Le variant indien B.1.617 de son nom scientifique, a été identifié en Inde dès 2020 selon l’INSACOG (Indian SARS-CoV-2 Genomic Consortia). Ce variant cumule en fait deux mutations sur la protéine Spike, raison pour laquelle on l'appelle "double mutant" : la mutation E484Q (aussi détectée chez le variant californien) et la mutation L452R (présente chez le variant brésilien). Grâce à ces mutations, ce virus parvient à mieux attaquer les cellules.

Le lignage B.1.617 a été détecté pour la première fois en Inde en octobre 2020 et inclut trois sous lignages (B.1.617.1, B.1.617.2 et B.1.617.3) qui diffèrent légèrement sur le plan des mutations d’intérêt. C'est le B.1.617.2 (Delta), qui est classé VOC en raison de données suggérant une transmissibilité accrue par rapport aux souches de référence et un possible impact en termes d’échappement immunitaire post-vaccination (efficacité diminuée en particulier en cas de vaccination incomplète).

Celui qui est le plus fréquemment rencontré en France et en Europe ne présente pas la mutation E484Q (contrairement à ce qui avait été initialement annoncé). Il n'aurait donc pas d'impact sur la vaccination. En revanche, "ce variant pourrait être associée à une augmentation de la transmissibilité du virus" en raison de la mutation L452R, indique le Conseil scientifique dans un avis publié le 24 mai.

Au Royaume-Uni, le variant indien (Delta) a pris le dessus sur le variant anglais (Alpha)

Le Royaume-Uni pourrait (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Au Pakistan, une femme décède après avoir été opérée par un faux chirurgien
Covid-19 : les anticorps monoclonaux en 3 points clés
DIRECT Covid-19 en France ce 10 juin : chiffres, annonces
Cancer du sein : un médicament qui double l'espérance de vie des patientes est en pénurie
Semaine de la santé du pied : quoi de neuf en chirurgie ?