Variant ou non, la période d'isolement passe à 10 jours pour tout test positif

·1 min de lecture

SOMMAIRE :

  • Circulation du variant en France : combien de cas en France ?

  • Pourquoi observe-t-on ces mutations ?

  • Quelles mesures sanitaires pour limiter la progression des variants ?

  • Variant anglais : quels sont les symptômes ?

  • Mutation Covid-19 : le variant anglais (20I/501Y.V1)

  • Mutation Covid-19 : le variant sud-africain (20H/501Y.V2)

  • Mutation Covid-19 : le variant brésilien (20J/501Y.V3)

  • Variants : que sait-on de la nouvelle mutation E484K ?

Au 18 février, à l'occasion d'un point presse, Olivier Véran a fait un point sur la progression des variants sur le territoire :

  • 36% des cas positifs criblés correspondent à des variants dits 'britanniques' et 5% correspondent à des variants dits 'brésiliens ou sud-africains.

  • Il existe une foret disparité sur le territoire : si l'incidence des variants en Moselle est "stabilisé, voire en légère baisse", cela n'est pas le cas dans le Nord. A Dunkerque, le taux de variant "britannique" est à 72% et l'incidence dépasse les 600 cas pour 100 000 habitants par semaine, indique Olivier Véran. La situation est également inquiétante à Mayotte, où un confinement est en place.

Le ministre a par ailleurs précisé, que la période d’isolement pour les cas positifs passe de 7 jours à 10 jours, à partir de lundi 22 février. En effet, "certaines études scientifiques évoquent la possibilité que les variants seraient responsables d’une durée de contagiosité plus longue que le Covid-19 classique", a justifié le ministre (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT. Covid-19 en France ce 19 février : chiffres, annonces
Acné sévère : les traitements à base d'isotrétinoïne interdits pendant la grossesse
La proprioception : quels bienfaits ? Comment la pratiquer ?
Covid-long : causes, symptômes, profils à risque...
Lésions dues au papillomavirus et cancer du col de l'utérus : non, ce n'est pas la même chose