Variants BA.4 et BA.5 : voilà à quoi ressemblent les symptômes du Covid-19 en ce moment

301. C’est le nombre de cas de BA.4 et BA.5 recensés dans l’Hexagone, comme l’indique Santé publique France dans son analyse de risque sur les variants émergents du SARS-CoV-2 mise à jour le 15 juin dernier.

Ces sous-lignages d’Omicron ont été identifiés au début du mois d’avril en Afrique du Sud et ont depuis totalement remplacé BA.2. Mais ce n’est pas le seul pays à faire face à la circulation croissante de ces variants : au Portugal, BA.5 est désormais majoritaire.

La France n’est pas en reste : BA.5 représente actuellement 24,5% des cas et BA.4 3,7% des cas. Comment expliquer ce phénomène ? Ils "se propagent à la faveur du vieillissement de notre immunité, et le font plus rapidement que BA.2, car ils bénéficient d’un double avantage de contagiosité et d’échappement immunitaire. BA.4 et BA.5 induisent donc une vague plus tôt que BA.2 ne l’aurait fait", indiquent Samuel Alizon, directeur de recherche au CNRS et Mircea T. Sofonea, maître de conférences en épidémiologie à l'Université de Montpellier, dans The Conversation.

Ces deux variants ont ainsi certaines particularités. Les symptômes qui leur sont associés sont-ils différents de ceux observés avec les autres sous-lignages d’Omicron ?

Toux, courbatures, fièvre… Ces symptômes sont évocateurs d’une infection au Covid-19, mais évoluent en même temps que l’épidémie, marquée par l'arrivée de nouveaux variants. Dans le cas de BA.4 et BA.5, les symptômes les plus fréquents sont la fatigue (75,7%), la toux (58,3%), la fièvre (58,3%), (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles