Variole du singe : huit victimes recensées, l’OMS attend « plus de décès »

© SYSPEO/SIPA

Après les huit morts de la variole du singe recensés samedi 30 juillet, l’OMS a alerté sur les « graves complications » entraînées par le virus et craint une augmentation des victimes.

La variole du singe commence à tuer hors Afrique, d’où l’épidémie trouve sa source. Samedi 30 juillet, l’Espagne recensait deux morts et le Brésil un autre, portant à huit le nombre de victimes liées à la variole du singe depuis mai. Dans la foulée, le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réagi à cette annonce, redoutant une augmentation des décès mais rassurant quant à la rareté des complications sévères entraînées par le virus.

« Compte tenu de la poursuite de la propagation de la variole du singe en Europe, nous nous attendons à plus de décès », a notamment déclaré par communiqué une responsable des situations d’urgence de l’OMS Europe, Catherine Smallwood. Elle a insisté sur la nécessité « d’interrompre rapidement la transmission du virus en Europe et mettre un coup d’arrêt à cette épidémie ».

À lire également >> Variole du singe : cinq questions pour mieux comprendre ce virus

Si le communiqué précise que, dans la plupart des cas, la variole de singe est « spontanément résolutive », il insiste toutefois sur les « graves complications » qui peuvent être observées. En Europe, face à la pénurie de vaccins, la priorité est pour le moment donnée aux populations les plus à risque, aux malades ainsi qu’aux soignants ou chercheurs.

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles