Variole du singe : l'OMS évoque la piste d'une "transmission non détectée"

Le nombre de cas de variole du singe, une maladie zoonotique généralement transmise à l’Homme dans certaines zones d'Afrique du Centre et de l’Ouest par des primates ou des rongeurs sauvages. Parmi les 550 cas dans le monde confirmés et signalés à l'OMS, 33 ont été confirmés en France, dont 24 en Ile-de-France, 2 en Auvergne-Rhône-Alpes et 1 en Haut-de-France. Aucun décès parmi la vague de cas en cours n'a pour l'instant été rapporté.

Lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée mercredi 1er juin, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s'est exprimée au sujet de cette flambée : "L'apparition soudaine de la variole du singe dans différents pays au même moment suggère que la transmission n'a pas été détectée pendant un certain temps" a déclaré son directeur, Tedros Adhanom Ghebreyesus. L'organisme suggère donc que la transmission du virus est passée inaperçue pendant un certain temps avant d'être détectée. "Jusqu'à présent, la plupart des cas ont été signalés chez des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes présentant des symptômes dans les cliniques de santé sexuelle", a-t-il précisé.

L'OMS n'a pour l'instant pas alerté sur l'éventualité d'une pandémie : "Il s'agit d'une flambée des cas, et les flambées de cas peuvent être stoppées." En rappelant toutefois que des enquêtes sont toujours en cours. De plus, malgré le fait que les personnes infectées aient le même profil, l'Organisation Mondiale de la Santé rappelle que "n'importe qui peut être infecté par la variole (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles