Variole du singe : l'OMS lance son niveau d’alerte le plus élevé

© Getty Images

Le patron de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de déclencher le plus haut niveau d’alerte pour tenter de juguler la flambée de variole du singe. Mais il met aussi en garde contre toute stigmatisation des malades.

« J’ai décidé de déclarer une Urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) pour ce qui concerne l’irruption de variole du singe », a décidé Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé. Malgré un nombre croissant de contaminations, il précise que le risque dans le monde reste relativement modéré, à part en Europe où il est élevé.

La qualification d’USPPI est utilisée dans des situations « graves, soudaines, inhabituelles ou inattendues ». C’est seulement la 7e fois que l’OMS a recours à ce niveau d’alerte. Le Dr Tedros a souligné qu’à l’heure actuelle, « cette flambée est concentrée parmi les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, et en particulier ceux qui ont des partenaires multiples, ce qui veut dire qu’elle peut être stoppée avec les bonnes stratégies, dans le bon groupe ».

Depuis début mai, quand elle a été détectée en dehors des pays africains où elle est endémique, la variole du singe a frappé plus de 16 836 personnes dans 74 pays, selon le tableau de bord du Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

LIRE AUSSI >> Variole du singe : comment j’ai réussi à me faire vacciner

Stigmatisation et discrimination

Une étude publiée jeudi dans la revue scientifique New England Journal of Medicine confirme que dans 95 % des cas récents, la maladie a été transmise lors d’un contact sexuel et 98 % des personnes...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles