La variole du singe n'est pas une urgence sanitaire mondiale pour le moment, selon l'OMS

© kontekbrothers/iStock

Malgré l’augmentation du nombre de cas de variole du singe, en particulier en Europe, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime pour le moment qu’il ne s’agit pas encore d’une urgence sanitaire mondiale.

Le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé samedi que la flambée mondiale de variole du singe était une menace sanitaire dont l'évolution était très inquiétante, sans atteindre pour le moment le stade d'une urgence sanitaire mondiale.

Des inquiétudes grandissantes face à la diffusion de la maladie

Le directeur général de cette agence de l'ONU, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait convoqué une réunion d'experts sur la question jeudi pour savoir si l'OMS devait déclencher son plus haut niveau d'alerte face à l'épidémie, qui touche essentiellement l'Europe de l'Ouest.

Lire aussi >> Variole du singe : 330 cas confirmés en France

Une hausse des cas de variole du singe a été détectée depuis début mai, loin des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où la maladie est depuis longtemps endémique. Plus de 3 200 cas confirmés et un décès ont été signalés à l'OMS par une cinquantaine de pays où la maladie n'est pas endémique cette année.

« En outre, depuis début 2022, près de 1 500 cas suspects et environ 70 décès ont été signalés en Afrique centrale, principalement en République démocratique du Congo, en République centrafricaine et au Cameroun », avait indiqué jeudi M. Tedros.

« Le comité d'urgence a partagé de profondes inquiétudes concernant l'échelle et la rapidité de propagation de l'épidémie actuelle », notant beaucoup d'inconnues sur le phénomène, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus dans un communiqué...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles