Variole du singe : y a-t-il un risque de transmission aux animaux de compagnie ?

Plus de 180 cas de variole du singe sont désormais confirmés en France. Selon le dernier point de situation de Santé Publique France, ce virus est principalement transmis par des rongeurs sauvages ou des primates se trouvant dans les zones d’Afrique du Centre et de l’Ouest. Si une "transmission inter-humaine" est également possible, qu’en est-il des animaux de compagnie ? Y a-t-il un risque de diffusion ?

Le 16 juin dernier, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (Anses) a répondu à cette question dans une expertise publiée sur son site. Elle tient cependant à alerter : les données quant à la diffusion de la variole du singe aux animaux de compagnie actuellement disponibles sont "très limitées voire absentes". Certaines espèces ont pourtant plus de risque que d’autres d’être contaminées par ce virus, que l'on surnomme Monkeypox.

L'Anses différencie ainsi la réceptivité de la sensibilité. Le premier terme désigne la "capacité d’une espèce animale à héberger le virus sans forcément développer de symptômes" tandis que le second renvoie à la "capacité de l’espèce animale à exprimer des signes cliniques et/ou des lésions dus au virus". Selon l'Anses, les animaux de compagnie ne peuvent donc pas tous être infectés. Alors, quels sont ceux qui ont le plus de risque de contracter la variole du singe ?

Les lapins et les lièvres sont à la fois réceptifs et sensibles, tout comme les écureuils et les chiens de prairie. Ces derniers sont possiblement la catégorie "la plus à risque de contamination (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles