Que vaut “Lupin”, le gentleman cambrioleur à la sauce Netflix ?

Alexandre Buyukodabas
·1 min de lecture
© Emmanuel Guimier/Netflix
© Emmanuel Guimier/Netflix

Adolescent, Assane Diop a vu sa vie basculer lorsque son père, employé de maison auprès d’une famille richissime, s’est suicidé après avoir été accusé à tort du vol d’un précieux collier. Vingt-cinq ans plus tard, c’est en homme aux multiples talents qu’il cherche à le venger. Dans sa poche, un recueil des aventures d’Arsène Lupin, ultime legs paternel à valeur de modèle. Dans son viseur, la vente aux enchères du fameux bijou sous la verrière de la pyramide du Louvre.

Coproduite par Gaumont et Netflix, cette variation contemporaine sur les aventures du “gentleman cambrioleur” créé par Maurice Leblanc affiche clairement ses ambitions : s’inscrire dans la tradition populaire des feuilletons d’aventures policiers à la française, aujourd’hui moribonde, et propulser l’une des figures majeures de la littérature hexagonale sur la scène internationale.

L’essence symbolique d’une figure littéraire

Il n’est à ce titre pas surprenant de voir Louis Leterrier, transfuge de l’écurie Besson rompu aux productions hollywoodiennes, assurer la réalisation des trois premiers épisodes (les seuls auxquels nous ayons eu accès au moment d’écrire ces lignes), ni d'y voir Omar Sy, “acteur préféré des Français” désormais connu sur le marché américain, endosser les habits de ce personnage mythique.

Lire la suite...