Veau Marengo : les secrets de la réussite

D’où vient le sauté de veau Marengo ?

Le sauté de veau Marengo, vous connaissez. Mais savez-vous pourquoi nous l’appelons ainsi ? Non ? On vous raconte. En 1800, Napoléon se trouve dans un village du Piémont en Italie nommé Marengo. Alors qu’il vient de remporter une nouvelle bataille, il souhaite s’accorder un bon repas mais les cuisines sont quasi vides. Son cuisinier, Dunand, fait avec les moyens du bord : du poulet, de l’huile d’olive, des tomates, de l’ail, des œufs frits, des écrevisses et des croutons. Napoléon est conquis et demande que ce plat lui soit servi régulièrement. Dunand, au fil des années, affinera sa recette remplaçant notamment le poulet par du veau et les écrevisses par des champignons. Le veau Marengo était né.

Comment bien préparer un veau Marengo ?

C’est certes une lapalissade mais pour réussir son veau Marengo, il faut bien choisir sa viande. La partie qui s’adapte le mieux à ce plat reste sans aucun doute l’épaule. Un kilo d’épaule de veau désossée et coupée en cubes sera nécessaire pour contenter 6 personnes. Certains de vos convives n’aiment pas le veau ? Votre boucher vient de vendre sa dernière épaule de veau ? Vous souhaitez réaliser un plat plus économique ? Autant de raisons de revenir aux sources et de préparer un poulet Marengo à la manière de Dunant pour Napoléon Bonaparte. Moins cher et tout aussi savoureux, le poulet Marengo plaira aux grands comme aux petits pour un dîner sans fausse note. Quoi qu’il en soit, veau ou poulet, il vous faudra être généreux et faire chauffer en cocotte minute huile d’olive et/ou beurre avant d'y faire dorer la viande. Retirez ensuite la viande pour faire sauter les légumes et le bouquet garni. Après avoir ajouté farine, bouillon et concentré de tomates, baissez le feu, fermez la cocotte et laissez cuire une heure à couvert puis une demi-heure à découvert.

Quel accompagnement avec du veau Marengo ?

Accommoder un veau Marengo est très facile puisque la douceur de ce plat permet de laisser libre cours à ses

(...) Cliquez ici pour voir la suite